Les OPK, C’est quoi ça ?

Bonjour à vous !

Aujourd’hui je vais essayer de traiter clairement le sujet assez vaste des Ovaires Polykystiques. Je souhaite vous le présenter comme j’aurai voulu qu’on le fasse pour moi.


Echographie d’un OPK

Mon Histoire

Petit retour en arrière rapide sur mon histoire, il a 4 ans, après avoir deja vu 2 autres gynécologues qui m’avaient mis sous pilules sans faire plus de tests et sans écouter mes symptômes; j’ai décidé de prendre rendez vous avec mon actuel Doc sous les conseils de ma meilleure amie. A ce jour, elle a deux magnifiques enfants en pleine santé, du coup je me suis dis qu’il faisait bien son travail !

J’arrive à son cabinet, il me prend avec une heure trente de retard, mais bon avec l’habitude ca passe. Il me met à peu près à l’aise, c’est pas le plus expressif des médecins mais bon je ne suis pas là pour ça. Je lui explique mes symptômes : aménorrhée depuis pratiquement toujours (ca veut dire que j’ai presque jamais mes règles, une à deux fois par an), douleurs lors des rapports, ca c’est pas cool!; hirsutisme, ca c’est encore moins cool, mais avec une bonne copine esthéticienne qui vient toutes les semaines c’est pas dramatique, et enfin surpoids alors que j’oscille facilement autour des 6 à 8 heures par semaine de sports. 

Après un court interrogatoire sur mes habitudes de vies et une mini leçon de morale (et oui, personne n’est parfait, fumer c’est pas bien, « Le tabac, c’est tabou, on en viendra tous à vous »), on passe à une échographie pelvienne. Je n’y étais pas forcement prête mais c’est lui le professionnel. Il faut parfois se laisser faire et avoir confiance. 
La, avec son échographe, il mesure, me dit que mes ovaires sont un peu trop gros, que j’ai pleeeeeeins de follicules et pour finir que j’ai un endomètre fin. A ce moment la, je n’ai pas compris. Je me rhabille, et on retourne s’assoir. 
Et c’est la, qu’en (très) bon professionnel, il m’explique : 
« – En faite Mademoiselle, vous avez un SOPK.
  -SOPKUOI ?? 
 – Pour faire simple, vous avez un syndrome du à un déséquilibre hormonale qui entraine des troubles endocriniens (d’ou les poils et le surpoids) qui du coup perturbe les cycles menstruels voir pas d’ovulation. »
Ce diagnostic a été posé à l’aide d’un bilan hormonal fait au préalable.
Et La comme moi, je pense que beaucoup on posé la même question : « Et du coup, je suis stérile, je pourrais jamais avoir d’enfant ? » 

Après qu’il met posé ce diagnostique, pour tous vous avouer je n’ai pas écouté grand chose et mon cerveau a du  faire un bloquage.  J’ai juste retenu qu’aujourd’hui, avec notre merveilleuse médecine, je n’étais pas (totalement) infertile. Avec son aide, je pourrais peut être avoir un ou des enfants. J’en suis la, à ce moment aujourd’hui, mais ca je vous le raconterai plus tard. 
Evidemment en sortant du rendez vous, je pleurs et j’appelle ma mère. Dans ma tête, je n’étais pas prête à l’annoncer par téléphone à Monsieur : La suite de l’annonce dans un prochain article, on est pas la pour ca ! 



Les explications scientifiques

Donc on reprend, les Ovaires Polykystistes ou OPK pour les intimes, sont un syndrome.
Un syndrome est un ensemble de symptômes. Un syndrome chronique. Il n’a pas de traitement curatif. Ce syndrome est causé PAR des troubles endocriniens provoquant la perturbations des cycles menstruelles, la perturbation de la pilosité,  le surpoids…

Sur plusieurs site, j’ai trouvé qu’1 femme fertile sur 10 serait touchée. Je trouve ce chiffre élevé pour le manque d’informations et de connaissances que l’on peut avoir sur le sujet.. Personne de mon entourage ne connaissait ce syndrome…
On me disait :
 » C’est comme l’autre maladie la ? l’endométriose ? Non rien à voir. » 

Bref, revenons à nos moutons, ce syndrome arrive des la puberté mais peut être en réel  découvert lorsqu’une femme n’arrive pas à procréer et  en recherche des raisons.
Cette « maladie » ou « trouble » est désignée en tant que syndrome puisque les symptômes different selon les femmes.
 
D’après plusieurs études, le syndrome serait du à une resistance à l’insuline ainsi qu’en déséquilibre entre l’hormone mâle : La Testostérone; et les hormones femelles : les oestrogènes et la progesterones. 
Je vous vois venir ! « Mais ca veut dire que t’es une fille ou un garçon ???? »
Réponse => Je suis une fille mais avec une petite anomalie et  j’ai juste un peu plus de testostérone que la normalité… Je parle ici de la norme médicale, on est bien d’accord que dans la vie en règle général il n’existe pas de norme. On est toute différente et surtout, toute, parfaite ! 

On reprend ! Le petite cours de bio arrive, la production trop élevée d’insuline entraine une trop forte production d’hormones mâles qui ralentit ou empêche alors la maturation des follicules dans les ovaires. Une follicule est par définition, une cavité de l’ovaire dans laquelle se développe un ovule (Def de LAROUSSE).
Cette accumulation de follicules non matures qui restent statiques donne cette aspect « polykystiques ». En revanche, cela ne signifie pas que vous avez des kystes sur les ovaires. 

Les symptômes, comme on dit, dependent de chacune mais dans l’ensemble sont :
– Hirsutisme 
– Acnée (et oui même à bientôt 25 ans…)
– Chute de cheveux
– Prise de poids
– Cycles longs, irréguliers, voire absences de règles (aménorrhée) et peuvent être très douloureux
– Dérèglement hormonale : vous pouvez allez faire une prise de sang ou vous pourriez avoir toutes les indications
– Présence de follicules en grand nombres avec une échographie
– Augmentation du  volume des ovaires
– possibilité d’autres symptômes…

ATTENTION : A savoir comme élément important et pour ne pas affoler toute la population féminine, le syndrome des OPK est un ensemble de symptômes. Il faut avoir un nombre déterminée de symptômes  et que le diagnostique soit posé par un (bon) professionnel avant de s’inquieter… 

Pour conclure ce chapitre, et comme je vous l’ai indiqué plus haut, il n’existe pas à ce jour de traitement curatif…  En revanche, il existe une solution pour les différents symptômes.

Voila j’espère que cet article est assez clair, pour ne pas dire concis vu la longueur… 
N’hésitez surtout pas à me faire, dans les commentaires ou par mail, votre retour avec expériences pour que l’on puisse échanger ! 

La Princesse des OPK



Si vous souhaitez trouver des informations complémentaires, ces sites et cours m’ont permis de rédiger cet article.
http://materneo.com
https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/follicule_ovarien/13178
http://www.medecine.ups-tlse.fr/desc/fichiers/SYNDROME%20DES%20OVAIRES%20POLYMICROKYSTIQUES%20desc.pdf

3 commentaires

Répondre à ptiteschroniquesinfertilite Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s